Kev Manner tour dates
 

AUTOMOBILE: Ou quand le capitalisme crée des coquilles vides...

Dernière mise à jour : 31 août 2021

Allez, pour ce premier post, j'ai décidé de m'offrir un moment sans filtre et une réflexion que je vous propose de partager ensemble, est-ce que le capitalisme a-t-il fait perdre toute notion d'histoire et d'identité a des marques, parfois, centenaire ou bicentenaire?


La photo que je vous poste ici n'est pas anodine mais parlera peut-être aux plus anciens d'entre vous, et oui, il s'agit des marques Berliet et Saviem, ces deux marques qui sont elles-mêmes issus de fusions de marques déjà existantes (Latil, Poids-Lourds Renault, Somua) vont devoir fusionner sous pression de l'état Français pour s'englober dans un nouvel ensemble répondant au doux nom de RVI (Renault Véhicules Industriels) en 1978 avant de faire totalement disparaitre les écussons de ces deux marques prestigieuse a la fin des années 1980.


en 1993, c'est le mariage de la décennie, RENAULT et VOLVO se mettent d'accord en vue d'un éventuel rapprochement, ce qui aurait donné naissance en son temps a un groupe qui pèse sur le marché du poids lourd et du véhicule léger. Mais le 2 Décembre, et suite a la pression de ne pas voir passer son entreprise sous pavillon Français, l'état Suédois fait capoter le projet et le mariage n'aura pas lieu.


Pour Volvo, l'automobile ne fait même plus parti du groupe qu'il l'a crée (pourtant existant aujourd'hui sous le nom de VOLVO AB), revendu en 1999 a Ford puis en 2010 a Geely, la marque automobile commence a perdre petit a petit son autonomie sous le giron du groupe Chinois.


Ironie de l'histoire, Renault VI fait désormais parti depuis 2001 de VOLVO AB, et leur division bus n'existe même plus puisqu'au même moment ou Volvo est racheté par Ford (la division automobile NDLR), une co-entreprise est crée avec FIAT donnant naissance a Irisbus, qui sous la pression de la commission Européenne (liée au fait que Renault dans la revente de la division PL prend une part majoritaire dans Volvo AB et devient un géant presque monopolistique a cette époque dans le domaine du VI) demandera a Renault de vendre ses parts a IVECO, devenu en 2013 IVECO Bus, ou le capitalisme qui fait perdre toute identité a de belles entreprises.



Dernièrement, on a appris que Daimler (Mercedes-Benz), va se séparer de sa division Trucks and Bus (qui sera donc coté en bourse), doit-on y voir un aveu d'échec de rentabilité de ces branches si particulière de la construction automobile, ou bien l'envie pour ces groupes de laisser d'autre acteurs (actionnaires) en prendre le contrôle et décider d'une autre destinée et d'y laisser une coquille vide, comme c'est le cas aujourd'hui avec Renault Trucks devenu l'ombre du Groupe VOLVO AB (Renault ayant revendu ses parts en 2012) et sa poule aux œufs d'or sur les petits poids lourds (porteurs), conservant des bases et des intérieurs vieux de plusieurs décennies retouchés a l'infini? c'est une affaire a suivre, mais qui ne présage rien de bon pour l'avenir.


Avec du recul, il faut une consolidation du secteur, pour que les petits qui n'ont plus les moyens de faire face se retrouvent dans des groupes aux moyens financiers plus importants, mais n'est-il pas judiciable de changer le nom de ces dites marques pour éviter de duper le consommateur sur un simple nom? N'hésitez pas a en débattre ici ou sur les différents réseaux, au plaisir de vous lire.

78 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout